Alimentation durable

Activité : L'impact de la production de viande

Mise en place (5’)

En 4 à 8 petits groupes (en fonction de l'effectif total), les enfants disposent de :

  • 2 sacs contenant 100-120 boules d’une couleur (qui symbolisent la nourriture végétale) et 90 boules d’une autre couleur (la viande).

  • 2 contenants de même taille et transparents (pour l'étape d'après, il est important que les contenants de tous les groupes soient les mêmes). Les contenants portent des étiquettes :

    • 1 groupe reçoit les étiquettes "nourriture" et "boeuf"

    • 1 groupe reçoit les étiquettes "nourriture" et "cochon"

    • 1 groupe reçoit les étiquettes "nourriture" et "poulet"

    • 1 groupe reçoit les étiquettes "nourriture" et "grillon"

    • s'il y a 8 groupes en tout, chaque ensemble de contenants est donné à 2 groupes différents
  • une fiche avec les informations suivantes :

    • 1 boule vaut 100 g

    • Pour 10 kg de nourriture végétale, on produit

  • 0,5 kg de boeuf > 5 boules

  • 1,8 kg de cochon > 18 boules

  • 2 kg de poulet > 20 boules

  • 8,5 kg de grillons > 85 boules

 

Etape 1 (10’)

Un contenant représente la nourriture végétale, l’autre l’animal. Les élèves doivent les remplir des bonnes quantités de boules.

Résultat : on visualise “l’efficacité” de chaque animal pour transformer la nourriture en viande.

Etape 2 (10’)

On met en commun : chaque groupe montre sa planchette.

On tire les conclusions : avec la même quantité de ressources végétales, on ne produit pas les mêmes quantités des différentes viandes.

Etape 3 (10’)

Postulat : 100 g de viande équivaut à une portion (1 repas).

L’animateur dispose devant les enfants la photo (en A4) de chacun des animaux, avec une boule qui représente une portion de 100 g.

Il demande aux enfants pour quel animal il faut le plus de nourriture pour obtenir cette portion de 100 g. Puis il pose près de chaque animal les boules de nourriture correspondantes (idéalement, ces boules sont déjà collées sur un carton vert de surface adaptée, sur lequel est écrite la quantité de nourriture).

  • boeuf 2 kg > 20 boules
  • cochon 550 g > 5,5 boules
  • poulet 500 g > 5 boules
  • grillons 117 g > 1,2 boules 

 

On tire collectivement la conclusion suivante : étant donné qu’il faut des quantités de nourriture différentes, il faut aussi des superficies de sol différentes pour produire les différentes viandes.

 

Puis l’animateur pose la question au groupe : est-ce que produire de la nourriture demande seulement du sol ? Non, il faut aussi de l’eau. Il pose devant chaque animal une goutte d’eau qui représente l’eau nécessaire à la production de la nourriture elle-même (et pas de l’animal) : grosse goutte pour le boeuf, goutte moyenne pour le cochon et le poulet, petite goutte pour le grillon.

Ce sont des points importants à prendre en compte sur une planète finie. On peut ajouter le fait que les ressources végétales qui servent à nourrir les animaux sont du coup non disponibles pour l’alimentation humaine directe.

Etape 4 (10’)

 

On goûte des grillons fumés (disponibles dans certains magasins bio par exemple), sans forcer les enfants qui n'en ont pas envie : souvent, l'émulation fait qu'une bonne partie du groupe essaye...

 


source:

Animation du CRIE de Mouscron